Customer service lies in the art of serving our target patients well by identifying their wants, needs and expectations.
Customer service lies in the art of serving our target patients well by identifying their wants, needs and expectations.

L’apnée du sommeil

La respiration et le sommeil sont deux fonctions automatiques qu’une personne en bonne santé considère habituellement comme acquises, sans trop y penser.

Toutefois, les anomalies respiratoires pendant le sommeil sont fréquentes au sein de la population. Elles peuvent entraîner des problèmes de santé importants et avoir des conséquences sur le plan personnel et social. L’apnée obstructive du sommeil est la forme d’apnée la plus courante. L’apnée centrale, l’apnée mixte et la haute résistance des voies aériennes supérieures (HRVAS) sont d’autres formes d’anomalies respiratoires du sommeil, elles sont toutefois moins fréquentes.

Plus de 1 adulte sur 4 représente un risque élevé de souffrir d’apnée du sommeil, mais la plupart d’entre eux ne savent pas qu’ils en souffrent et ne sont donc pas traitées. Au Québec, environ 1 personne sur 20 est diagnostiqué avec de l’apnée obstructive du sommeil (AOS), considérant que 80% des gens qui en souffre ne seraient pas encore diagnostiqués, on estime plutôt que 1 personne sur 10 souffrirait d’AOS, ce qui en fait une maladie aussi répandue que l’asthme, le diabète et l’hypertension artérielle. L’apnée du sommeil affecte les hommes, les femmes et mêmes les enfants.

Bien qu’il s’agisse d’un problème sérieux, il est facile à confondre avec d’autres problématiques comme la dépression, par exemple. Il faut donc être à l’écoute des symptômes ressentis.

50% des personnes déprimées souffrent d’apnée obstructive du sommeil.

Causes

Durant un sommeil normal, les muscles qui contrôlent la langue, le palais mou et les parois du pharynx maintiennent les voies respiratoires ouvertes. La respiration et le sommeil se font alors normalement.

Chez les personnes souffrant d’apnée du sommeil, certains muscles de la gorge se relâchent entraînant des baisses de la respiration et une baisse d’oxygène dans le sang. Chez ces personnes, les voies aériennes bloquent partiellement ou complètement le passage de l’air durant la respiration.

Certains facteurs augmentent le risque de souffrir d’apnée du sommeil tels que :

  • L’obésité;
  • La forme du visage : menton reculé ou fuyant, visage étroit, petite mâchoire;
  • La taille augmentée des amygdales et des adénoïdes;
  • Une circonférence du cou élevée;
  • Les antécédents familiaux;
  • L’Âge (> 50 ans);
  • Le sexe (les hommes étant plus à risque);
  • La ménopause;
  • Les allergies respiratoires;
  • La consommation de tabac, somnifère et alcool;
  • Une obstruction nasale imposant une respiration par la bouche;

Personnes à risques

Si vous êtes affecté par les conditions médicales suivantes, vous présentez un risque accru de souffrir d’apnée du sommeil :

  • Hypertension (haute pression);
  • Dépression;
  • Antécédents d’infarctus du myocarde;
  • Fibrillation auriculaire (trouble du rythme cardiaque);
  • Diabète;
  • Taux de cholestérol élevé;
  • Hypothyroïdie.

Signes et Symptômes

Il est important de noter qu’une personne atteinte d’apnée du sommeil présente rarement tous ces symptômes et même, à l’occasion, très peu de symptômes.

  • Sommeil agité;
  • Étouffement ou suffocation pendant le sommeil;
  • Transpiration excessive durant le sommeil;
  • Allers et retours fréquents à la salle de bains durant la nuit;
  • Ronflement*;
  • Arrêts respiratoires observés par le conjoint;
  • Sommeil non réparateur, fatigue, somnolence excessive durant la journée;
  • Diminution du niveau d’énergie;
  • Diminution de la vigilance;
  • Perte de mémoire, manque de concentration et altération du jugement;
  • Maux de tête au réveil;
  • Irritabilité, changement de l’humeur et nervosité;
  • Dépression / anxiété;
  • Baisse de libido – dysfonctionnement érectile;
  • Trouble du comportement chez l’enfant.

*Le ronflement n’est pas un symptôme spécifique de l’apnée du sommeil. Il est possible de faire de l’apnée du sommeil sans ronfler. Il est aussi possible de ronfler sans être sans être atteint d’apnée du sommeil. Le ronflement peut servir d’indicateur, mais ne constitue pas un diagnostic d’apnée du sommeil.

Quelles sont les conséquences de l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil cause un sommeil moins réparateur. Cette condition peut engendrer, à long terme, des complications sérieuses pour la santé et la vie personnelle, telles que :

  • Une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires telles : l’hypertension artérielle, l’angine, les arythmies, l’infarctus du myocarde et l’AVC;
  • Du diabète;
  • Une dépression ou de l’anxiété;
  • Une baisse de la vigilance et de la concentration et, par conséquent, une augmentation du risque d’accident de la route et du travail;
  • Un divorce, une perte d’emploi, des difficultés professionnelles.

Diagnostic

Test d’évaluation du degré de somnolence (epworth)

Toutes les personnes qui souffrent d’apnée du sommeil ne sont pas nécessairement somnolentes pendant la journée. Le test d’évaluation du degré de somnolence permet d’évaluer vos probabilités de somnolence ou d’endormissement dans différentes circonstances de la vie quotidienne, il donne un bon reflet de la somnolence excessive. Si vous désirez connaître votre niveau de somnolence, répondez à ce test. Il peut être intéressant de répéter le test quelques semaines après le début de votre traitement afin d’observer l’amélioration de votre état.

Si votre résultat est supérieur à 10, vous avez une somnolence de jour marquée. Parlez-en avec votre médecin, une investigation serait nécessaire.

Si votre résultat est inférieur à 10, mais que vous manifestez quelques symptômes, il serait bon d’en parler avec votre médecin.

Accéder à l’outil de dépistage interactif 

Examens diagnostiques

Afin de déterminer la nécessité de vous prescrire un test diagnostique spécifique à l’apnée du sommeil, votre médecin fera une évaluation de votre condition de santé, de vos symptômes et de vos antécédents médicaux.

L’apnée du sommeil peut être diagnostiquée à l’aide des trois tests suivants :

  • La saturométrie nocturne

  • La polygraphie cardiorespiratoire du sommeil

  • Polysomnographie en laboratoire

Le choix du test dépendra de votre état de santé, le médecin vous prescrira celui qui vous convient le mieux. Ces derniers sont effectués sous prescription médicale seulement et peuvent être réalisés dans un laboratoire du sommeil en centre hospitalier ou à la maison. Ils peuvent être faits également en clinique privée (coûts non couverts par la RAMQ).

Chez l’enfant et l’adolescent, les tests diagnostiques ne sont pas différents de ceux réalisés chez l’adulte.

Seul le médecin vous ayant examiné et questionné peut prescrire les tests, poser le diagnostic d’apnée du sommeil et prescrire le traitement approprié.

Ces examens diagnostiques auront pour but de déterminer de quel type d’anomalies respiratoires du sommeil vous souffrez, car le traitement diffère d’un type à un autre. Il existe 4 types d’anomalies respiratoires du sommeil :

  • Apnées et hypopnées obstructives

  • Apnées et hypopnées centrales

  • Apnées mixtes

  • Haute résistance des voies aériennes supérieures (HRVAS)

Résultats

Suite à un test diagnostic montrant que vous souffrez d’apnée du sommeil, votre médecin sera en mesure d’établir le degré de sévérité de votre apnée en fonction de l’indice d’apnée/hypopnée (IAH) calculé lors de l’examen. Ce dernier représente le nombre de périodes d’apnée ou d’hypopnée par heure de sommeil.

Léger : 5 à 15 anomalies respiratoires/heure*

Modéré : 15 à 30 anomalies respiratoires/heure*

Sévère : plus de 30 anomalies respiratoires/heure*

*Selon les critères établis par l’AASM

Traitements

Il existe plusieurs traitements pour l’apnée du sommeil. Votre médecin prescrira le type de traitement le plus approprié selon votre diagnostic en tenant compte du degré de sévérité de votre apnée et au besoin, des autres maladies dont vous souffrez.

  • Traitement par pression positive continue (ppc)

  • Traitements alternatifs

Conseils et prévention

Achat d’un appareil à ppc

Un appareil à PPC et un masque, incluant l’encadrement et l’enseignement dont vous avez besoin, peuvent coûter entre 1500$ et 2200$. Une vaste gamme de produits existe sur le marché. Pour obtenir un confort optimal, n’hésitez surtout pas à essayer les plus récents. Informez-vous des prix, des garanties ainsi que du service après-vente lorsque vous serez prêt à procéder à un achat

Pour l’instant, l’achat d’un appareil à pression positive continue n’est pas remboursable par le Régime de l’assurance maladie du Québec, mais les coûts reliés au traitement sont admissibles au crédit d’impôt pour frais médicaux. Consultez l’Agence du revenu du Canada, Revenu Québec ou un conseiller en fiscalité pour plus d’informations.

Vérifiez également avec votre régime d’assurance privée si l’achat d’un tel appareil est couvert. Sinon, informez-vous auprès de votre distributeur s’il offre un programme de location avec option d’achat, un plan de financement ou des appareils remis à neuf à moindre coût.

Télécharger votre liste de questions pertinentes à poser au fournisseur (PDF)

Choisir un service de qualité

Vérifier si :

  • Le fournisseur est reconnu par Agrément Canada;
  • Le fournisseur vend des appareils homologués par l’Association canadienne de normalisation (CSA);
  • Le directeur médical est un médecin spécialiste en médecine du sommeil membre du collège des médecins du Québec (dans le cas d’un laboratoire de sommeil privé).

Il n’est pas recommandé d’acheter l’appareil usagé d’une autre personne sans le faire vérifier préalablement par un professionnel de la santé qui s’y connaît puisque l’ajustement de la pression devra être fait en fonction de votre prescription. Également, l’utilisation de l’équipement d’une tierce personne est déconseillée en raison des risques d’infections impliqués.


Article précédent Article suivant